Colloque international : Enseignement supérieur et mobilités

Grenoble, 19-20 décembre 2013

HEM2013@upmf-grenoble.fr

 

            Ce colloque international s’inscrit dans un contexte caractérisé par les transformations importantes que connaissent l’enseignement supérieur et le monde académique dans la période actuelle. Ces transformations, variables dans leur ampleur selon les pays, comportent plusieurs dimensions : augmentation des effectifs étudiants et progression de l’hétérogénéité (sociale, culturelle…) de la population étudiante ; accroissement et évolution des phénomènes de mobilité (territoriale, institutionnelle, internationale) ; diversification de l’offre académique dans le champ du supérieur (rapports public/privé, reconfiguration/restructuration du paysage institutionnel…) ; orientations des politiques, par exemple le processus de Bologne en Europe, visant à la constitution de systèmes d’enseignement supérieur dépassant les cadres nationaux.

            Dans les processus en cours, les comportements individuels des acteurs ou de groupes, les stratégies déployées, mais également les trajectoires sont fortement affectés et s’en trouvent remodelés. Ce sont ces comportements, stratégies et trajectoires qui seront au cœur du colloque.  Nous proposons la notion centrale de mobilité comme phénomène structurant pour les appréhender, en distinguant les différentes formes qu’elle peut recouvrir. Nous en repérons cinq, étroitement liées, qui sont au cœur de cet appel à contributions :

·      Mobilité territoriale : Selon quelles modalités s’effectuent les choix d’orientation et les choix de localisation ? Quelles sont les stratégies à l’œuvre ? Quels sont les facteurs susceptibles de rendre compte des comportements ?

·      Mobilité institutionnelle : Dans un paysage de l’enseignement supérieur caractérisé par la diversification de l’offre, quelles sont les pratiques de mobilité que l’on peut observer et analyser ? Quels sont les facteurs susceptibles de rendre compte des phénomènes d’allocation des publics (mécanismes de l’orientation, poids des droits d’inscription dans les décisions d’investissement, phénomènes de réputation des établissements, procédures de sélection…) ?

·      Mobilité académique : Quels sont les facteurs qui permettent d’expliquer les phénomènes de performance académique et, plus généralement, les phénomènes de réussite, d’échec ou d’abandon dans le supérieur ? Quels sont les déterminants des comportements et stratégies de travail des étudiants ? Comment expliquer les phénomènes d’allocation du temps entre les différentes activités ?

·      Mobilité sociale : Le colloque doit apporter des éclairages sur au moins deux dimensions du phénomène. D’une part, quelles anticipations en termes d’insertion sociale et professionnelle forment des étudiants aux origines diverses ? D’autre part, de quelles données et analyses disposons-nous pour traiter des phénomènes d’insertion sociale et professionnelle ? Dans quelle mesure le mouvement actuel de diversification/élargissement de l’enseignement supérieur s’accompagne t-il d’un accroissement de la mobilité sociale ?

·      Mobilité internationale : Quelles sont les stratégies déployées et politiques mises en œuvre par les différents acteurs du champ (établissements d’enseignement supérieur, laboratoires, collectivités locales) pour s’inscrire dans un nouvel ordre international de l’enseignement supérieur (poids des classements, politiques de recrutements, constitution de réseaux internationaux…) ? Quelles sont les stratégies et comportements des publics individuels dans cette forme de mobilité ?

            Au cœur de ces transformations, le colloque international veut mettre  particulièrement l’accent sur les comportements, stratégies,  pratiques des publics de l’enseignement supérieur. Ce sont des analyses en termes de choix, motivations, décisions, anticipations qui retiendront l’attention. Les travaux permettant tout à la fois de mieux connaître ces pratiques, de les décrire et de les quantifier, de les analyser,  d’en dresser des typologies seront privilégiés. La présentation de données originales, produites sur la base d’enquêtes ou de travaux exploratoires, les efforts méthodologiques dans la production, le traitement de données, la modélisation le seront également.